Category Archives: Blog

Boston Terrier at the Beach
03août
SG

Les Dangers De l’Eau De Mer

Les chiens adorent se baigner. La natation est très bonne pour leurs articulations. Il faut cependant rester vigilant, l'eau de mer n'étant pas sans danger pour nos animaux de compagnie. 

go tothe beach (6)


INTOXICATION

Sur la plage au soleil, votre chien va vite se déshydrater (par halètement), il se dirigera donc tout naturellement vers l'eau de mer pour la boire, pour lui c'est un réflexe normal. Votre chien peut aussi ingérer de grandes quantités d'eau de mer lors d'une baignade.

Sauf que l'eau de mer, très chargée en chlorure de sodium (sel) va provoquer un déséquilibre ionique. Le sel en attirant l'eau corporelle va provoquer une diarrhée (très liquide, parfois muqueuse et hémorragique) voire une hypersalivation et des vomissements et l'organisme va augmenter la production d'urine pour tenter d'éliminer ce surplus de sel, tout ceci va contribuer à majorer la déshydratation. Lors d'ingestion en grande quantité, des troubles nerveux peuvent même survenir tels qu'une léthargie, des tremblements, une démarche chancelante ou des convulsions, ces symptômes peuvent conduire au décès de l'animal par oedème cérébral. 

Il faudra donc prévoir de quoi distribuer régulièrement de l'eau douce à votre chien. Ne le laissez pas boire de l'eau de mer ou s'y baigner trop longtemps et gardez le à l'abri du soleil. En cas d'intoxication, il faut consulter d'urgence un vétérinaire, la prise en charge de l'animal doit être rapide.

 

IRRITATIONS

Le contact avec l'eau de mer peut être irritant pour la peau du chien, d'autant plus s'il est atteint de problèmes dermatologiques, d'otite ou de problèmes oculaires, dans ce cas la baignade est fortement déconseillée. 

Dans tous les cas, il convient de bien rincer votre animal à l'eau douce après chaque baignade, surtout entre les doigts, et de bien le sécher pour éviter tout risque d'irritation ou de prolifération bactérienne.

 

NOYADES

Le chien, selon sa race, est plus ou moins bon nageur. En règle générale, il ne peut nager que sur de courtes distances et se fatigue vite ce qui conduit chaque année à des accidents de noyade. 

Assurez-vous bien que votre chien sait nager et ne le jetez jamais à l'eau au risque de provoquer un état de panique. Des gilets de sauvetage pour chiens existent et peuvent beaucoup le soulager pendant qu'il nage et bien sûr lui éviter la noyade. 

 

crédit fotolia Tatiana Morozova #212737926

 

 

SG

Dr Sarah GALDIN

N° Ordre 16772 ENVL 2002 Vétérinaire Associée depuis 2013
Hund im Auto
26juil
SB

7 Etapes à connaître pour secourir un animal d’une voiture en plein soleil.

infographieAOUT

 

1. METTEZ TOUT EN ŒUVRE POUR TROUVER LE PROPRIETAIRE DU VEHICULE

2. APPELEZ COMMISARIAT OU GENDARMERIE : Décrire la scène et demander l’assistance d’un représentant de l’ordre. Eux-seuls sont habilités à briser une vitre si nécessaire et si vous deviez le faire vous-même en urgence, le fait d’avoir contacté la police jouera en votre faveur.

3. APPELEZ LA FONDATION ASSISTANCE AUX ANIMAUX OU AUTRE ASSOCIATION LOCALE DE PROTECTION ANIMALE : pour les informer de la situation et de la probabilité de devoir briser la vitre (l’association est la seule à pouvoir porter plainte contre le propriétaire et pourra vous épauler si le propriétaire vous accuse d’effraction ou de dégradation).

4. ATTENDEZ L’ARRIVEE DES FORCES DE L’ORDRE POUR BRISER LA VITRE SAUF SI L’ETAT DE L’ANIMAL DEVIENT CRITIQUE dans ce cas briser la vitre en présence d’au moins 2 témoins (prenez leurs coordonnées) et prenez des photos pour preuve. L’article suivant du code pénal légifère sur ce genre de situation : Article 122-7 du code penal :

"N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace."

Il n’y a pas disproportion si vous cassez une vitre arrière pour actionner la portière, évitez donc de défoncer la portière.

5. APPORTEZ LES PREMIERS SOINS : Conduisez l'animal à l'abri du soleil et enveloppez-le d'un linge humide (il est très important de ne pas faire chuter sa température trop brutalement). Restez avec lui jusqu'à l'arrivée des forces de l'ordre. 

6. AVEC ACCORD DES FORCES DE L’ORDRE (qui le feront peut être elles-mêmes), CONTACTEZ UN VETERINAIRE pour faire hospitaliser l’animal ou faire venir un vétérinaire itinérant sur place. Après l'intervention, demandez au vétérinaire un certificat médical attestant de l’état de santé de l’animal.

7. LE PROPRIETAIRE EST PASSIBLE D’UNE AMENDE POUR MAUVAIS TRAITEMENT, si vous avez réuni toutes les preuves, ne vous laissez pas entraîner dans un accord à l’amiable.

 

Même à l’ombre, même 10 minutes, même avec des fenêtres entrouvertes, la température peut monter à 50°C dans l'habitacle et le chien ne dispose pas d'un système de thermorégulation aussi efficace que le notre pour y faire face. 

Crédit Fotolia : #214414733 - hiro

SB

Dr Samuel BERNARD

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 20948
ENVA 1999 Vétérinaire Associé depuis 2008
Labrador su sfondo bianco con cuffie
29juin
CP copy

6 CONSEILS POUR LE 14 JUILLET

Chien feux d'artifices

 

Certains animaux entrent dans des états de panique avancée lorsqu'ils entendent des bruits inhabituels, les chiens possèdent une ouïe bien plus développée que la notre ce qui peut renforcer leur sensibilité auditive. Orages, Feux d'artifices et Pétards sont particulièrement présents dans notre environnement l'été, voici 6 conseils pour gérer au mieux les phobies auditives de votre compagnon. 

 

  1. HABITUEZ LE BRUIT : si l'écoute régulière de bruits de la vie courante devrait faire partie de l'éducation de tout chiot, ce n'est malheureusement pas toujours le cas.  Une technique de désensibilisation au bruit est couramment utilisée, elle consiste à faire écouter au chien dés son plus jeune âge, des enregistrements de bruits potentiellement effrayants pour lui (feux d'artifices, pétards, orages…) en augmentant le temps d'écoute et le volume à chaque séance. Le chien va ainsi s'habituer progressivement et ne reconnaitra plus ces sons comme une menace lorsqu'il les entendra pour de vrai. 

 

  1. SOYEZ VIGILANT : Un chien qui a peur peut avoir des réactions agressives et présenter alors un danger pour vous, pour votre entourage (morsures) ou pour lui-même (fugue). Surveillez donc bien les réactions de votre animal, tenez le en laisse, et faites attention à ses réactions en le manipulant. 

  1. RESTEZ CALME : à trop vouloir calmer, on renforce le stress et à l’inverse une réprimande ne serait pas comprise par votre animal. Le mieux est donc de garder un comportement naturel pour montrer à votre chien que rien d'extraordinaire n'est en train de se produire. 

 

  1. OCCUPEZ-LE : Détournez au maximum son attention du bruit en jouant avec lui, en lui faisant éxécuter des instructions que vous lui avez apprises et en le récompensant avec une friandise quand il fait bien.

 

  1. LIMITEZ L’EXPOSITION : Si votre animal ne se calme pas, éloignez le calmement du bruit. Préparez-lui un endroit confortable, sombre, calme, exigu et isolé. L'envelopper dans une couverture ou lui laisser un vêtement portant votre odeur peut aussi l'aider. 

 

  1. CONSULTEZ SI NECESSAIRE: Un accompagnement médicamenteux (anxiolytiques, calmants, phytothérapie, homéopathie, diffuseurs d'hormones appaisantes…) et comportemental est toujours possible en cas d’anxiété extrême, consultez votre vétérinaire!

 

Crédit Fotolia : #185143539 - Kira_Yan

CP copy

Dr Cyril PORCHERON

N° Ordinal 22508 ONIRIS 2008 Vétérinaire Collaborateur depuis 2015 & Régulateur depuis 2018
Cat sitting in litter box
24juin
CP copy

Problèmes urinaires chez le chat : urgent ou pas urgent ?

Les chats sont des animaux sensibles qui développent très fréquemment des problèmes urinaires.

Cela se voit par une gêne, voire une impossibilité totale du chat à uriner, et cela peut être très douloureux pour lui. Il faut alors immédiatement se rendre chez le vétérinaire car un problème urinaire peut évoluer en un blocage rénal et à terme, la mort.
 

Clever Abyssinian Cat uses toilet bowl


1) Les différents problèmes urinaires rencontrés chez le chat

Le syndrome urologique félin ou SUF désigne l’ensemble des troubles affectant la partie inférieure des voies urinaires du chat, c’est-à dire la vessie et l’urètre.

De nombreux signes peuvent vous alerter : difficulté et douleur lorsqu’il urine, abandon de la litière, léchage compulsif des voies génitales, présence de sang dans ses urines, absence d’urine… Les chats mâles sont particulièrement prédisposés au SUF car leur urètre est beaucoup plus étroit que celui des femelles et s’obstrue donc plus facilement.

Mis à part le SUF, dans la majorité des cas, le problème urinaire de votre chat sera une cystite, c'est-à-dire une inflammation douloureuse de la vessie.  

La cystite idiopathique est très fréquente. On la qualifie ainsi car la cause n’est pas connue mais elle est souvent liée à un stress important de l’animal, comme un déménagement ou l’arrivée d’un nouvel animal…

La cystite peut être due à la formation de cristaux puis de calculs urinaires, à l’origine non seulement de la cystite mais également d’une obstruction urinaire. Ces calculs sont parfois visibles sur une radiographie ou une échographie de l’abdomen et sont souvent le résultat d’une mauvaise alimentation. En effet, les chats sont des carnivores stricts et sont extrêmement sensibles à toute perturbation de leur régime alimentaire. Certaines gammes de nourriture pour chat sont trop riches en minéraux ce qui peut provoquer la formation de ces calculs.

La cystite bactérienne ou infection urinaire, rare chez le chat, est liée à la multiplication de bactéries dans la vessie du chat. Elle est détectée à l’aide d’une analyse d’urine standard et concerne le plus souvent les chats âgés. Dans ce cas, ce sont les femelles âgées souffrant d’embonpoint qui sont davantage sujettes à développer cette maladie, avec l’apparition de dermatites périvulvaires (infections se localisant autour de la vulve).

Enfin, les tumeurs vésicales et urétrales se développent principalement chez le chat âgé. Elles sont souvent difficiles à mettre en évidence et nécessitent parfois la réalisation d’une biopsie pour confirmer le diagnostic.

 

2) Les différents traitements possibles pour les problèmes urinaires

Tout d’abord, en cas d’obstruction urinaire, le chat est pris en charge en urgence chez le vétérinaire. Il faut permettre au chat de d'évacuer ses urines le plus rapidement possible. Le diagnostic se fait à la palpation, la vessie est gonflée et dilatée. Le vétérinaire pose alors une sonde urinaire sous anesthésie pendant une durée variable. Lorsqu’elle est retirée, le chat est gardé en observation à la clinique jusqu’à ce que l’on soit sûr qu’il puisse uriner seul. Il est également mis sous perfusion pour diluer les urines et éviter une insuffisance rénale.

Lors de calculs et de tumeurs, une opération chirurgicale peut s’avérer indispensable. En effet, certains calculs ne se dissolvent pas simplement par le retour d’une alimentation saine et doivent donc être retirés. De plus, la prescription d’une nouvelle alimentation est nécessaire pour dissoudre les calculs restants.

Lors d’une cystite bactérienne, l’usage d’antibiotiques est nécessaire pour éliminer l’infection.

En cas de cystite idiopathique, il faut revoir l’environnement de votre chat pour tenter de comprendre ce qui peut être une source de stress pour lui et éviter une récidive. Là aussi, une nouvelle alimentation doit permettre de diminuer la concentration urinaire et donc de minimiser le risque de rechute.

 

3) Comment prévenir les problèmes urinaires de mon chat ?

Une absorption suffisante d’eau permet de réduire les risques d’apparition de calculs. Pour cela, assurez-vous qu’il en ait toujours à disposition et que son bol reste propre (dans le cas contraire, cela peut le repousser et l’inciter à ne pas en consommer assez).

Une alimentation saine réduit nettement les risques de problèmes urinaires. Sa nourriture doit contenir suffisamment de protéines et doit être correctement dosée en phosphore et magnésium. Une concentration trop élevée en minéraux accroît les risques de développement de calculs urinaires (et donc d’obstruction). C’est pourquoi il est conseillé de ne pas acheter les aliments de supermarché, souvent peu adaptés aux besoins alimentaires de nos chats.

Cela est d’autant plus vrai que votre chat est stérilisé. Il a effectivement été prouvé que la stérilisation augmentait les chances d’apparition de calculs en cas d’alimentation non adaptée.

En outre, il faut savoir adapter votre environnement aux besoins de votre chat. Un espace nourriture bien défini et éloigné de la litière, une litière propre et accessible, et des activités stimulantes (sorties, arbre à chat, jouets…) sont autant de facteurs importants pour éviter les cystites idiopathiques. De plus, en cas de changement de mode de vie, essayez de lui montrer qu’il peut vite reprendre ses habitudes et ses marques (dans son nouveau territoire par exemple si vous avez déménagé) afin de minimiser son stress.

 

Vous savez désormais que les problèmes urinaires sont relativement fréquents chez nos amis félins et qu’il s’agit souvent d’une urgence. Dès que vous décelez un comportement anormal chez votre chat lorsqu’il urine, n’hésitez pas à aller chez votre vétérinaire, il est important de prendre les choses en main le plus rapidement possible.

Si vous avez des questions, parlez-en à votre vétérinaire qui saura vous conseiller sur l’alimentation qu’il faut prescrire à votre chat pour éviter toute complication.

Crédit Fotolia : #103521665 - seregraff

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CP copy

Dr Cyril PORCHERON

N° Ordinal 22508 ONIRIS 2008 Vétérinaire Collaborateur depuis 2015 & Régulateur depuis 2018
urgence-veterinaire-paris-oreille
18juin
SG

L’othématome du chien

Une boule anormale au niveau de l’oreille de votre chien peut trahir la présence d’un kyste, d’une piqûre, d’un abcès… mais savez-vous de quoi il s’agit si c’est le pavillon de l’oreille qui est gonflé ? L’affection pourrait alors être un othématome, un problème douloureux pour le chien et dont le traitement ne doit pas tarder. Mais pas de panique, nous vous disons tout ici sur cette affection souvent méconnue.

 

dog listening  carefully


1) Qu’est ce qu’un othématome ?

L’othématome est le terme employé pour désigner un hématome au niveau du pavillon de l’oreille, qui résulte d’une accumulation de sang dans cette région. Cet engorgement est dû à la rupture de quelques vaisseaux sanguins, que votre chien a pu provoquer en se grattant de façon intense le pavillon de l’oreille ou lors d’un choc.

 

2) Comment savoir si mon chien est concerné ?

Un chien présentant un othématome va présenter plusieurs des symptômes suivants : il peut manifester une douleur au niveau de l’oreille, un gonflement mou au niveau du pavillon, avoir l’oreille tombante ou inclinée de façon anormale. Il peut même avoir un port de tête incliné (l’hématome alourdissant le pavillon), ou encore se gratter plus que d’habitude.

En effet, un traumatisme tel qu'un grattage intense du pavillon de l'oreille (comme lors de gale d'oreille) ou un simple choc de l'oreille contre une surface dure peut conduire à la rupture de quelques vaisseaux sanguins, et à la formation d'une poche de sang sous la peau de l'oreille. Cette poche grossit petit à petit, et peut parfois atteindre une taille assez spectaculaire.

Le principal problème est que l'oreille est une zone peu élastique : le saignement sous-cutané peut continuer pendant longtemps, ce qui provoque parfois la formation d'une poche de sang impressionnante au niveau du lobe de l'oreille. La tension entre les deux faces du pavillon auriculaire est alors très grande.

 

3) Quelles sont les principales causes d’othématome ?

Outre les principales causes évoquées plus haut, à savoir des chocs au niveau de l'oreille ou un grattage excessif, il en existe de multiples autres. Il est alors important d’identifier, avec l’aide de votre vétérinaire, la cause de l’othématome de votre chien pour éviter toute récidive. Ainsi, un chien qui secoue beaucoup la tête peut déclencher un othématome, mais l’origine peut aussi être une gale de l’oreille, une otite, une allergie ou une infection fongique.

Enfin, sachez que les chiens à oreilles pendantes sont davantage touchés, et que les othématomes touchent particulièrement les chiens âgés, qui peuvent avoir des fragilités au niveau des capillaires de l’oreille.

 

4) Comment venir à bout d’un othématome ?

En cas d’othématome suspecté, il est important de consulter votre vétérinaire au plus vite, car l’othématome est mieux traité s’il est encore petit. En effet, l’othématome ne peut se résorber seul, il est douloureux pour votre chien, et va continuer à gonfler dans le pavillon de l’oreille s’il n’est pas traité. A défaut de traitement, il peut rompre et entraîner des complications importantes, d’où l’importance de consulter un vétérinaire.

Il y a alors plusieurs possibilités de soins, qui peuvent aller de l’administration d’anti-inflammatoires, jusqu’à l’intervention sous anesthésie générale pour vidanger et nettoyer le pavillon, en passant par la ponction qui doit souvent être répétée plusieurs fois à quelques jours d’intervalle pour que le traitement soit complet. Le choix du traitement se fera en fonction de votre chien et de la taille de son hématome. Notez bien que des récidives sont possibles et qu’il se peut alors que votre vétérinaire opte pour une option de traitement différente. Par ailleurs, une récidive de l’othématome après traitement doit vous faire suspecter un trouble de la coagulation chez votre chien. Il faudra alors consulter à nouveau votre vétérinaire afin qu’il puisse explorer cette piste.

 

 

En somme, l’othématome du chien n’est pas une affection très connue, mais à ne pas négliger quand on la détecte sur son chien. Sachez par ailleurs que cette affection touche aussi dans une moindre mesure les chats et que, quelle que soit l’espèce concernée, un passage chez votre vétérinaire est indispensable.

 

Crédit Fotolia : #141186969 - Javier brosch

SG

Dr Sarah GALDIN

N° Ordre 16772 ENVL 2002 Vétérinaire Associée depuis 2013
lovely lonely dog waiting for its ower, shallow depth of field, sunshine effect
11juin
CP copy

Mon vieux chien ne se lève plus

Cela fait un bon nombre d’années que votre compagnon est à vos côtés et il vieillit. Vous avez remarqué qu’il commence à avoir du mal à se déplacer ou à se lever et vous avez l’impression qu’il entend moins bien. Nous vous donnons quelques conseils concernant le vieillissement chez le chien et les modifications qui accompagnent son organisme.

 

Portrait of a happy old dog at the dog park.

 

1) Mon chien vieillit, qu’est-ce que cela signifie ?

Comme nous lorsque nous vieillissons, des modifications de l'organisme peuvent apparaître. Il est donc important d’être attentif à ces changements chez votre chien. Ils sont multiples mais en voilà quelques exemples : une boiterie ou une difficulté à se lever ou à se déplacer, des troubles digestifs, un amaigrissement ou une prise de poids, l’augmentation de la prise de boisson, une modification de l’appétit, un essoufflement plus important… etc. Même si votre animal est âgé, toutes ces modifications ne sont pas normales, elles ne sont pas une fatalité. Elles peuvent être le signe de pathologies graves. Ainsi, n’hésitez pas à rendre visite régulièrement à votre vétérinaire pour faire des bilans gériatriques : un traitement adapté mis en place tôt permet de ralentir l’évolution des différentes pathologies mais surtout d’accompagner et d’améliorer le quotidien de votre animal en lui offrant un meilleur confort de vie.

 

2) Quelles sont les principales pathologies qui touchent le chien âgé ?

De nombreuses pathologies peuvent toucher le vieux chien comme les maladies cardiaques, le diabète, les cancers, les changements comportementaux liés au vieillissement du cerveau, l’arthrose ou la surdité. Nous développerons ici principalement les problèmes liés à l’arthrose et au vieillissement de la moelle épinière, qui peuvent à terme empêcher votre vieux compagnon de se lever.

En effet, l’arthrose est une pathologie fréquemment retrouvée chez le chien âgé. Comme chez l’homme, elle correspond à une dégénérescence du cartilage au niveau des articulations. Le problème majeur de l’arthrose est la douleur chronique qu’elle engendre chez l’animal. La gestion de l’affection passe par la modification de nombreux éléments dans la vie du chien. Le vétérinaire peut proposer des traitements médicamenteux pour diminuer la douleur et l’inflammation des articulations. Il faut aussi veiller à bien gérer son poids car un surpoids entraîne une sollicitation d’autant plus importante des articulations et donc une douleur supplémentaire. Il est aussi possible de renforcer le cartilage en proposant des compléments alimentaires. De nos jours, de plus en plus de vétérinaires proposent des séances de laser, qui permettent de diminuer l’inflammation et donc la douleur, n’hésitez pas à demander conseils à votre vétérinaire.

Par ailleurs, un grand nombre de races de chiens de grande taille comme le Berger Allemand ou le Boxer mais aussi les Retriever ou les Colley sont prédisposées à une maladie neurologique appelée myélopathie dégénérative. Elle correspond à une dégénérescence progressive de la moelle épinière avec l’âge. Les premiers signes cliniques apparaissent entre 4 et 14 ans et sont souvent faussement attribués à l’âge. On observe des anomalies lors de la marche : mauvaise coordination ou un chien qui traine des pattes arrières. La finalité est une paralysie du train arrière accompagnée d’incontinence fécale et urinaire. Il est important de consulter un vétérinaire spécialiste afin de confirmer le diagnostic. Actuellement, aucun traitement ne permet de stopper ou ralentir la maladie, mais des mesures d’hygiène permettant d’améliorer la qualité de vie de l’animal sont mises en places : on cherchera ainsi à prévenir les escarres ou les infections urinaires.

 

3) Comment aider son chien à bien vieillir ?

Le chien âgé aura besoin d’un confort de vie supérieur à celui d'un jeune : cela passe par un lieu de couchage renforcé et adapté de préférence au rez-de-chaussée pour lui éviter de devoir monter trop de marches, mais aussi par une alimentation adaptée à son mode de vie et à sa dentition. Il ne faut pas oublier non plus qu’un vieux chien se retiendra moins facilement, il faudra donc le sortir plus régulièrement notamment le soir car c’est souvent durant la nuit que l’on observe les accidents.

N’hésitez pas à demander à votre vétérinaire à réaliser un bilan biochimique, il permet notamment d’explorer toutes les fonctions vitales du chien : fonction rénale, hépatique, glycémie… Cela vous permettra de suivre de près l’état de santé de votre animal. De même, si vous trouvez que votre animal est douloureux, notamment à cause de l’arthrose, des antidouleurs sont conseillés.

 

Vous l’aurez compris, ce n’est pas parce qu’un chien vieillit qu’il n’y a plus rien à faire. Toutes anomalies du comportement ou de son métabolisme sont à signaler à votre vétérinaire. N’hésitez pas à faire chaque année des bilans de santé dès que votre compagnon devient un « sénior » afin de détecter précocement les maladies, pour mieux accompagner votre chien durant ses dernières années de vie.

 

Crédit Fotolia : #162311813 - Mary Lynn Strand

CP copy

Dr Cyril PORCHERON

N° Ordinal 22508 ONIRIS 2008 Vétérinaire Collaborateur depuis 2015 & Régulateur depuis 2018
vetalia-urgence-veterinaire-asthme-chat
04juin
CLD

Détresse respiratoire chez le chat

Du point de vue du vétérinaire, un appel pour un chat en détresse respiratoire annonce bien souvent une issue pessimiste. Pourtant, les chances de survie peuvent être significativement augmentées si l’animal est pris en charge à temps. 

 

veterinarian  in vet clinic at work.

 

1) Comment savoir si mon chat est en détresse respiratoire ?

Le syndrome de détresse respiratoire correspond à une atteinte des voies respiratoires ou des poumons entraînant une forte réduction, voire un arrêt pur et simple, de la fonction respiratoire. Les organes de l’animal ne sont donc plus alimentés en oxygène, on parle d’hypoxie. Privés de ce gaz, les organes subissent d’importants dégâts qui se révèleront rapidement irréversibles. La détresse respiratoire est donc une urgence grave qui doit être immédiatement prise en charge.

Les signes cliniques de détresse respiratoires sont marqués. On peut ainsi observer de façon systématique d’importants efforts pour respirer. Cela se caractérise par : des bruits à l’inspiration ou à l’expiration, une respiration la bouche ouverte, des mouvements amples des côtes, des narines qui se dilatent à l’inspiration et enfin des mouvements de l’abdomen. On a l’impression que le chat « respire avec le ventre ». L’animal peut également présenter une toux importante. Enfin, le manque d’oxygène peut se traduire par une cyanose, il s’agit d’une coloration bleutée des gencives, de la langue ou de l’intérieur des paupières du chat. Bien entendu, l’animal est très abattu.

Le syndrome de détresse respiratoire peut avoir plusieurs origines. Il peut survenir suite à une intoxication ou un traumatisme. Il peut aussi être la conséquence d’une infection grave ou bien d’une obstruction des voies respiratoires. Les fausses déglutitions, c’est à dire l’aspiration de contenu alimentaire dans les poumons, sont aussi des causes fréquentes de détresse respiratoire aiguë.

 

2) Comment réagir dans un cas pareil ?

Le syndrome de détresse respiratoire est le signe d’une défaillance très importante de la respiration, et comme nous l’avons vu, les conséquences peuvent être fatales à très court terme. Il est donc capital de réagir vite en appelant immédiatement une structure vétérinaire. Si les signes de détresse surviennent hors des horaires d’ouverture classiques, il faut savoir que de nombreuses cliniques assurent un service d’urgence 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Si ce n’est pas le cas, le numéro d’un vétérinaire de garde vous sera forcément communiqué.

Lorsque vous êtes en ligne avec la clinique vétérinaire, il est important d’essayer de garder la tête froide et de décrire précisément les signes que vous observez. Comme nous l’avons vu, la détresse respiratoire intervient dans certains contextes particuliers. Il faut donc penser à signaler tout événement anormal ayant précédé les signes : accident, chute, abattement soudain etc. Par ailleurs, il est important de bien suivre les consignes données par la personne à l’autre bout du fil.

Si le vétérinaire ou l’assistant estime qu’il s’agit d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, il vous sera probablement demandé d’amener le plus rapidement possible votre animal. Lors du transport, pensez à ménager votre animal en le soulevant avec précaution. Il est capital de laisser les voies respiratoires le plus dégagées possible. Par conséquent, il faut absolument éviter de mettre des couvertures devant le nez ou la bouche. De même, il faut éviter de placer votre chat dans une caisse de transport pendant le trajet vers les urgences.  En effet, cet espace restreint limite la ventilation de l’animal.

 

3) Et la suite ?

Une fois votre animal à la clinique, le vétérinaire établira rapidement le diagnostic de détresse respiratoire aiguë. L’enjeu sera alors de stabiliser l’animal pour garantir le maintien des fonctions vitales. Pour cela, de l’oxygène sera fourni par voie respiratoire. En fonction du contexte, il est également possible d’administrer des anti-inflammatoires, des antidouleurs ou bien des solutés en perfusion intraveineuse.

Une fois la crise respiratoire maîtrisée, il sera possible d’en chercher l’origine. Plusieurs examens pourront alors être réalisés : radios, échographies, prises de sang etc. La suite du traitement dépend des résultats de ces examens complémentaires.

Cependant, durant la phase de récupération de la crise de détresse respiratoire, l’animal nécessite une surveillance médicale renforcée. Ainsi, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la température et d’autres paramètres sont régulièrement évalués. Ceci a pour objectif d’évaluer la récupération du chat et de prévenir les rechutes. Il est donc très probable que, suite à un épisode de détresse respiratoire, votre chat reste plusieurs jours hospitalisé pour surveillance.

Lorsque son état est jugé suffisamment stable, votre chat pourra retourner chez lui. Mais il faut garder à l’esprit qu’une crise de détresse respiratoire est un épisode grave qui n’est jamais sans conséquence sur la suite de la vie de votre animal. Aussi, il est important de bien respecter les instructions données par le vétérinaire afin d’assurer une meilleure qualité de vie à votre compagnon.

 

Grâce aux informations ci-dessus, vous êtes désormais capable de reconnaître les symptômes et les contextes d’apparition de ce type d’urgence.

 

Crédit Fotolia : #181976807 - Kaninstudio

CLD

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008
Portrait of a labrador dog lying on the grass
28mai
SG

Que faire quand mon animal a chaud ?

L’été approche et les températures vont commencer à grimper. Voici quelques conseils pour rafraîchir votre animal et lui éviter ce qu’on appelle un coup de chaleur.
 

Hund im Auto


1. Le coup de chaleur, qu'est-ce que c'est ?

Contrairement à nous les hommes qui pouvons réguler notre température en période de forte chaleur grâce à diverses stratégies notamment la transpiration, le chien ne sue pas. Pour combattre la chaleur, le chien ventile et augmente sa fréquence respiratoire : il halète. Le chat en revanche tolère mieux la chaleur. Plus avisé que nous, il cherche un coin à l’ombre et se met au repos. Il peut apparaître vraiment léthargique mais sans aucun autre symptômes d'inconfort : cela est tout à fait normal. Mais ces systèmes de régulation peuvent rapidement atteindre leurs limites. Ainsi, si le chien passe trop de temps dans une atmosphère étouffante sans intervention humaine, c’est le coup de chaleur assuré suivi du décès de l'animal s'il n'est pas correctement géré. De même, si votre chat halète de façon prolongée, c’est qu’il n’est vraiment pas dans une situation confortable.

Comment détecter le coup de chaleur ? Les principaux signes sont : un animal qui cherche sans cesse où se mettre, de préférence sur des surfaces froides, une température corporelle au dessus de 40°C, une respiration très irrégulière et un halètement bruyant. La truffe peut aussi être chaude, l'animal peut aller jusqu’à saliver, vomir, ou trembler. Certains chiens se mettent à creuser des trous pour se mettre sur une terre fraîche et humide.


 

2. Comment prévenir ou réagir à un coup de chaleur ?

Votre chien n'a pas conscience que la chaleur peut lui être fatale, ainsi en cas de forte chaleur limitez son nombre de sorties en plein soleil entre 11h et 16h. S'il doit tout de même passer du temps dehors, il est impératif de lui fournir un espace ombragé. Dans la maison, offrez lui de la place dans la pièce la plus froide, qu'il puisse par exemple s'étendre sur le carrelage ou autre sol frais.

Bien évidemment, laissez de l'eau à sa disposition en permanence. Le mieux est de laisser plusieurs gamelles d'eau fraiche dans la maison. Si vous faites des balades, n'oubliez pas d'emporter une gamelle pour abreuver votre toutou.

Vous pouvez aussi très bien mouiller votre animal durant la journée, même si ce dernier n’apprécie pas trop l’eau. Vous pouvez appliquer de l’eau directement ou au moyen d’un massage avec un gant d’eau fraîche ou simplement une serviette mouillée sur son dos. Si en revanche il apprécie cela, laissez lui un accès à une petite piscine ou point d’eau pour qu’il puisse s’y baigner.

Il est aussi possible de trouver dans le commerce des tapis pour animaux qui, une fois mouillés, restent froids plusieurs heures. Cela peut être un couchage agréable pour votre animal.

Pour les animaux à poils longs, vous pouvez les raser ou couper les poils. Si pour des raisons esthétiques cela n’est pas possible, brossez régulièrement votre animal pour enlever la couche de sous-poil.

Si malgré tout vos efforts, vous observez que votre animal est vraiment inconfortable et a du mal à respirer, contactez votre vétérinaire sans tarder. Il pourra alors juger de l’importance de la situation et prendre en charge votre animal si cela est nécessaire. Nous vous rappelons qu’un coup de chaleur peut être mortel pour nos animaux de compagnie.

 

3. Les pièges à éviter

Certains animaux sont plus sensibles que d’autres à la chaleur. En effet, prêtez une attention particulière aux animaux jeunes et aux plus vieux qui auront toujours tendance à moins s’abreuver que les autres. Mais les races brachycéphales comme les Persans ou les Bouledogues et Carlins sont aussi à risques. Du fait de la conformation de leur face, ils respirent moins bien que les autres animaux, ce qui est d’autant plus embêtant en cas de temps chaud. Redoublez donc d’attention pour votre compagnon dans ce cas là.

Faites aussi attention aux changements trop brutaux de température. Evitez donc d’amener votre animal dans une pièce climatisée à 20°C si vous arrivez de l’extérieur à 35°C.

Si vous devez prendre la voiture avec votre animal, gardez sa caisse de transport bien aérée, elle ne doit pas être couverte ou obstruée par une serviette par exemple. Aérez votre véhicule, y compris en roulant. Enfin, une règle d’or à toujours respecter : ne laissez jamais votre compagnon seul sans surveillance dans une voiture lorsqu’il fait chaud. Même quelques minutes, cela peut être fatal pour votre animal. Faites le test vous même si vous le souhaitez, vous vous rendrez compte qu’en quelques minutes seulement la température à l'intérieur de l’habitacle peut monter à plus de 50°C et l’air devient très rapidement irrespirable.


 

Maintenant vous avez mieux compris pourquoi nos animaux de compagnie ne peuvent pas combattre la chaleur aussi efficacement que nous. Vous savez comment prévenir un coup de chaleur et surtout qu’il ne faut pas laisser son animal seul dans la voiture. Mais en cas de problèmes, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire.

 

Crédit Fotolia : #145703952 - DoraZett

SG

Dr Sarah GALDIN

N° Ordre 16772 ENVL 2002 Vétérinaire Associée depuis 2013
Scheuer Welpe
15mai
CLD

Que faire quand mon chiot pleure ?

Votre chiot, tout nouveau membre de la famille, semble avoir du mal à s’adapter à son environnement et il vous le fait savoir par ses vocalises, surtout lorsque vous le laissez seul dans une pièce ?

Il est temps de comprendre pourquoi il gémit sans arrêt et surtout comment remédier le plus rapidement possible au problème.
 

Pouting Puppy with soulful eyes


1) IL VIENT DE SUBIR UN GRAND CHANGEMENT

Votre chiot vient de passer 8 semaines entouré de sa fratrie et de sa mère. Il pouvait alors jouer, téter, se blottir contre eux, ce qui le rassurait. Après son adoption, il passe  donc d’un environnement qu’il avait appris à découvrir en même temps que ses frères et sœurs, à un lieu où il se retrouve avec des humains qu’il ne connaît pas et qui le laissent seul la nuit, parfois même la journée.

Cela est donc normal que les premières nuits et les premières journées de solitude soient difficiles pour lui. En effet, il a perdu tous ses repères et a besoin de temps pour s’habituer à son nouvel environnement.

Selon le caractère du chiot, les délais seront plus ou moins longs. En effet, certains s’habituent très facilement à leur nouvelle vie, sont très sociaux et joueurs tandis que d’autres sont davantage timides et perdus, d’autant plus quand ils se retrouvent seuls.

Il est important de prendre les choses en main dès le départ pour le bien-être de votre chiot et surtout éviter de partir du mauvais pied (ou de la mauvaise patte) dans votre relation avec votre compagnon. Pour cela, autant prendre de bonnes habitudes dès maintenant. Voici quelques astuces pour qu’il se sente bien chez vous très rapidement !

 

2) COMMENT FACILITER SON ADAPTATION

Tout d’abord, essayez de rendre son environnement le plus confortable et stimulant possible. Préparez-lui sa pièce, un endroit calme qui ne soit pas dans une zone de passage, avec des jouets, peluches… qu’il s’empressera de mettre en lambeau. Il est préférable de ne pas l’installer dans une trop grande pièce, en effet, cela peut être une source de stress pour lui, car plus une pièce est grande, plus il aura d’endroits à surveiller. Une caisse de transport peut être une bonne option au début pour qu’il se sente en sécurité.

Vous pouvez installer des bouillottes ou des tapis chauffants dans ou près de son panier pour lui rappeler la chaleur qui émanait de ses frères et sœurs et de sa mère, cela le rassurera. Dans le même but, il existe certains produits sous forme de diffuseur ou de collier libérant une phéromone, l’apaisine, sécrétée par la mère lors de la tétée.

Si vous voyez que votre chiot semble complètement déboussolé et a du mal à s’adapter, vous pouvez placer son panier dans votre chambre pour le rassurer (tout en lui interdisant l’accès au lit si vous ne souhaitez pas qu’il prenne de mauvaises habitudes). Progressivement, vous éloignerez le panier du lit pour finalement le placer dans la pièce que vous destinez être la chambre à coucher de votre chiot.

 

3) EVITER QUE SES ANGOISSES PERSISTENT A L'AGE ADULTE

Il arrive en effet que les chiens, devenus adultes, continuent à vivre très difficilement la séparation avec leur maître. C’est ce qu’on appelle l’anxiété de séparation. Dans ce cas, cela devient très problématique car le chien adulte peut continuer à pleurer dans ses moments de solitude.  Dans certains cas, il devient destructeur (canapé mangé, papier peint arraché, meubles griffés…) et peut même s’infliger des automutilations (comme manger ses pattes et coussinets). Cela perturbe la santé mentale du chien et peut entraîner des maux physiques.

Pour éviter cette anxiété excessive, il faut prendre des bonnes habitudes dès le début.

Pour cela, sachez que même si vous en avez très envie, ne cajolez pas trop votre nouvel arrivant ! Il est vrai qu’avec sa petite bouille et ses nombreuses sollicitations, on a très envie de lui faire pleins de câlins, mais ce n’est pas lui rendre service ! Il faut savoir lui laisser de l’espace et comprendre qu’il ne faut pas accéder à toutes ses demandes. En effet, s’il est au centre de l’intérêt général, il vivra d’autant plus mal les moments de solitude (que ce soit la nuit ou la journée avec le risque supplémentaire des plaintes de voisins…). Il faut qu’il apprenne à devenir autonome, ne pas aboyer pour demander des caresses ou parce que vous ne vous occupez pas de lui, situation qui peut devenir très vite ingérable. Il risque, de plus, de développer un hyper attachement envers vous, et à terme une anxiété de séparation.

 

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour habituer en douceur votre chiot à son nouvel environnement et limiter ses pleurs de façon permanente. Si tout se passe bien, en quelques jours, vous devriez remarquer qu’il se porte bien et que son anxiété initiale est remplacée par de la joie de vivre et du plaisir de vous retrouver le soir.

Bien sûr, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas en parler à votre vétérinaire qui saura vous conseiller.

Crédit Fotolia : #123004237 - Gerry

CLD

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008
White kitten biting finger
11mai
SB

Avoir un chat en appartement

Vous avez l’impression que votre chat s’ennuie dans votre petit appartement ou vous hésitez à adopter un chat à cause de l’espace restreint qu’offre votre logement ?  Vous ne savez donc pas si c’est le cadre idyllique pour un félin épris de liberté ?

Il existe pourtant des moyens pour compenser les sorties quotidiennes (quoique certains chats d’appartement sortent quand même) et ils s’en contentent souvent très bien.

Cat looking outside through window blinds


1) ORGANISEZ SON ESPACE DE VIE

Il va falloir adapter votre appartement pour le rendre le plus agréable possible pour lui. L'espace n'est pas si important à condition que son environnement soit stimulant et bien organisé.

Le chat est un animal routinier qui n'aime pas les changements de décoration trop fréquents ou pire, les déménagements.

Ainsi, organiser l'appartement en espaces dédiés pour chacune de ses activités est la solution appropriée au mode de vie de votre petit félidé.

Espace nourriture: placer des gamelles à deux endroits différents (selon la taille de votre appartement bien sûr) dont une en hauteur et des aliments à volonté (sans excès), le chat préférant effectuer de nombreux petits repas au cours de la journée. 

Litière éloignée de ses gamelles. Si vous avez plusieurs chats, l’idéal est d’avoir au moins une litière par chat car certains détestent devoir passer après les copains. Son emplacement est un facteur très important pour le bien-être de votre matou. Elle doit être dans un lieu de passage, qui lui soit accessible à toute heure de la journée et de la nuit et régulièrement nettoyée. Evitez cependant les désodorisants qui perturbent son odorat.

Espace pour faire ses griffes (si vous voulez épargner vos meubles…). Cela est un moyen pour lui de se détendre et de pouvoir marquer, comportement naturel chez le chat. L’idéal, encore une fois, est de poster plusieurs griffoirs à différents endroits, à la fois au sol et en hauteur.

Cachettes où il pourra se replier quand il aura des envies de solitude ou lorsque des intrus pénètrent sur son territoire.

Quant à son aire de repos, le chat est un animal qui aime choisir et changer d’endroits. Vous pouvez éventuellement lui aménager un petit panier ou hamac en hauteur, mais il est probable qu’il n’y passe pas toutes ses siestes !

 

2) CREEZ UN ENVIRONNEMENT STIMULANT

Une fois son espace organisé, il est important de penser à lui apporter suffisamment de stimulations pour qu’il se sente vraiment bien. Pensez à vos journées de travail où vous devrez le laisser seul, il faut bien qu’il puisse s’occuper jusqu’à votre retour !

Jouets: ne lui en mettez pas trop à disposition, et changez-en lorsque vous voyez qu’il ne s’amuse plus avec.

Perchoirs : Il pourra ainsi avoir des lieux stratégiques d’observation de la pièce dans son ensemble où il se sentira inaccessible. L’idéal est d’en installer devant la fenêtre où il pourra observer l'exterieur. De plus, les chats sont des grimpeurs, ils aiment énormément passer du temps en hauteur, ce point est donc très important. Dans ce but, un arbre à chat fait très bien l’affaire. Vous pouvez aussi lui installer des étagères où il pourra réaliser un parcours à travers toute la pièce, cela lui fera faire de l’exercice par la même occasion !

Enfin, sachez que si vous ne le destinez pas à la reproduction et qu’il ne sort pas, il est préférable de le stériliser. En effet, un chat castré ressentira moins le besoin d’aller explorer d’autres territoires et donc de sortir. Les risques de fugue sont également nettement réduits, de même que les comportements de marquage et les vocalises. Cependant, tout dépend de l’âge où l’opération est réalisée, plus elle est effectuée tôt, moins le comportement de mâle entier se fera ressentir. Attention toutefois à l’embonpoint, pensez donc à adapter son alimentation.

 

3) RISQUES PROPRES A LA VIE EN APPARTEMENT

Défenestration: Malheureusement, contrairement aux idées reçues, le chat ne retombe pas toujours sur ses pattes! Il est donc important de le surveiller ou bien d’installer des protections à vos fenêtres afin de limiter les risques. Il existe en effet des panneaux grillagés, des filets de protection ou encore des limiteurs d’ouverture pouvant s’avérer bien utiles pour protéger nos amis.

ingestion de produits toxiques: nos logements regorgent de produits ménagers et de plantes pouvant être à l’origine d’une intoxication. Il faut donc s’assurer qu’ils ne leur soient pas accessibles pour éviter toute complication.

Blessures diverses: objets tranchants, plaques de cuisson brûlantes…

 

Vous avez désormais toutes les informations pour adapter votre environnement à votre chat et le rendre heureux, même en appartement! Si vous vous posez d’autres questions, n’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire qui saura vous conseiller.

 

Crédit Fotolia : #98589260 - alexytrener

SB

Dr Samuel BERNARD

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 20948
ENVA 1999 Vétérinaire Associé depuis 2008