Le blog vétalia

Hase
23avr
SG

Que faire quand mon lapin a la diarrhée ?

Vous avez remarqué que les selles de votre lapin sont plus liquides et plus malodorantes que d’habitude. Vous pensez donc que celui-ci a la diarrhée. Nous allons voir ensemble la conduite à tenir dans cette situation.

 

The female hands are holding small white decorative rabbit with

 

1) Pourquoi mon lapin a la diarrhée ?

Le plus souvent, la diarrhée du lapin trouve son origine dans une ration alimentaire inadaptée. Beaucoup de lapins reçoivent une alimentation trop riche. En effet, les fruits, le pain et les mélanges de graine issus du commerce comportent une grande quantité de glucides. Lorsque ces aliments composent l’essentiel de la ration du lapin, cela provoque des fermentations importantes dans l’intestin de l’animal. Ces fermentations entraînent par la suite des diarrhées.

Moins fréquentes, les diarrhées infectieuses et parasitaires sont cependant plus graves sur le plan médical. Parmi les agents pathogènes souvent responsables de diarrhée chez le lapin, on note : les coccidies, les clostridies, les colibacilles et quelques virus.

Il est toutefois important de savoir que le lapin produit naturellement un type de selles pouvant être confondues avec des selles diarrhéiques : les caecotrophes. Ces excréments sont mous mais pas malodorants à l’inverse des ceux observés en cas de diarrhée. Les caecotrophes sont produits par le lapin à l’aube ou au crépuscule et généralement immédiatement réingérées par celui-ci. Ce comportement est normal et fait partie du processus digestif du lapin. Il est donc inutile de s’inquiéter si vous observez quelques selles molles, peu odorantes et que, par ailleurs, votre animal à l’air en pleine forme.

 

2) Comment réagir ?

Chez le lapin, une diarrhée doit toujours être prise au sérieux. En effet, ce sont de petits animaux qui peuvent se déshydrater très rapidement. Une diarrhée, qui est une perte d’eau par voie intestinale, représente donc un risque important à court terme.

Comme nous l’avons dit, le risque principal est la déshydratation. Il est donc indispensable, lorsque que votre lapin a la diarrhée, de s’assurer qu’il boive en quantité suffisante. L’eau doit être propre, en grande quantité et facile d’accès. Si vous remarquez que votre animal boit peu, vous pouvez mettre quelques gouttes de jus de fruit dans l’eau. Le goût sucré les motive à boire davantage.

Les diarrhées du lapin ayant souvent une origine alimentaire, il faut éviter la consommation d’aliments riches en sucres. Ainsi, si la diarrhée est légère, il est recommandé d’augmenter la proportion de foin dans la ration de votre animal. A l’inverse, vous pouvez réduire la quantité de granulés et de légumes verts. Enfin, supprimez la part de fruits, pain et autres friandises. Attention cependant, il faut garder à l’esprit qu’un changement alimentaire trop violent pourrait aggraver l’état de votre lapin. Si ce dernier ne consomme que des granulés, il ne s’agit donc pas de ne donner pratiquement que du foin du jour au lendemain. Introduisez une part de foin dans l’alimentation et si vous constatez une amélioration, vous pouvez augmenter les quantités progressivement.

Souvent les diarrhées provoquent des souillures au niveau de l’arrière train. Cette accumulation d’excréments, en plus d’être malodorante, peut provoquer des irritations voire des infections cutanées. Pour empêcher cela, vous pouvez, à l’aide d’une serviette mouillée à l’eau tiède, nettoyer les zones souillées une à deux fois par jour.

Le temps de sa convalescence votre lapin doit rester au calme le plus possible. Si possible, placez la cage dans une pièce chauffée, silencieuse et loin des lieux de passage. Evitez les contacts avec les autres animaux, surtout avec d’autres lapins pour éviter les possibles contagions.  Enfin, limitez les sorties hors de la cage tant qu’il est en mauvaise forme.

La surveillance de l’état de votre animal est primordiale. L’évolution de la maladie peut être très rapide chez le lapin. Il est donc important de regarder quotidiennement l’aspect et la quantité de selles. Il faut également vérifier si votre lapin reste alerte. Vous pouvez lui prendre la température par voie rectale, la température normale étant comprise entre 37,5 et 39°C. Si la diarrhée est importante, que votre lapin vous semble très abattu, qu’il ne mange plus du tout ou qu’il a de la fièvre, consultez immédiatement un vétérinaire. Il en va de même, si les symptômes sont modérés mais qu’ils n’évoluent pas ou s’aggravent depuis quelques jours.

 

3) Comment éviter que cela ne se reproduise ?

La plupart du temps, les diarrhées du lapin peuvent être évitées grâce à une alimentation adaptée. Le régime quotidien du lapin est essentiellement composé de foin de bonne qualité et à volonté. On complète cela par des légumes verts de type « tiges », comme le céleri, les fanes de carotte, les branches d’épinards etc. Enfin on ajoute une petite proportion de granulés du commerce. Ces granulés doivent tous avoir le même aspect pour éviter que votre lapin ne les trie et ne mange que ceux qui sont à son goût. Occasionnellement, on peut donner des fruits ou des légumes plus riches tels que des pommes, des carottes ou autres mais toujours en petite quantité, en guise de friandise. Comme vu précédemment, le changement de régime doit être progressif. Ainsi, il est recommandé d’augmenter petit à petit la part de fibre pour réduire celle de glucide. La transition doit s‘étaler sur une à deux semaines.

La prévention des diarrhées infectieuses et parasitaires est plus délicate. Seule une bonne hygiène de l’environnement permettra de réduire les risques. La cage et les accessoires doivent donc être nettoyés et désinfectés de façon hebdomadaire. La verdure non consommée doit être retirée au bout de 24 heures, l’eau doit être changée quotidiennement. Enfin, il est important que le lieu de vie du lapin soit bien ventilé tout en évitant les courants d’air.

 

Nous avons vu que la diarrhée du lapin n’est pas anodine. Elle a souvent une origine alimentaire mais peut aussi être infectieuse ou parasitaire. Cependant, grâce à une hygiène stricte et une alimentation adaptée, les risques restent faible. Enfin, la surveillance est essentielle afin de pouvoir réagir au bon moment. A la moindre interrogation, n’hésitez pas donc à joindre votre vétérinaire.

Crédit Fotolia : #178472631 - Alex

SG

Dr Sarah GALDIN

N° Ordre 16772 ENVL 2002 Vétérinaire Associée depuis 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>