';

Faire face à 6 comportements gênants après l’adoption d’un chien en refuge.

Lors de l’adoption d’un chien, il peut arriver que celui-ci, à cause de sa vie passée et de son expérience en refuge, ait développé des troubles du comportement… En voici quelques exemples, et la meilleure façon de réagir et d’agir afin d’y remédier en douceur 🙂

chien zen

 

Un trouble du comportement est, en général, acquis, c'est-à-dire qu’il apparaît au cours du temps, en fonction des expériences personnelles et souvent mauvaises, vécues par le chien.

Il est primordial, pour le bon développement du chiot, que celui-ci reste avec sa mère pendant au moins deux mois ! C’est elle qui lui apprendra les bases essentielles, et notamment à ne plus mordre dès l’apparition de ses premières dents. Il est également très important que le chiot soit élevé dans une atmosphère familiale, afin qu’il s’habitue dès le plus jeune âge au contact humain et aux différents bruits de la maison.

Si on arrive à détecter l’élément déclencheur de ces troubles, on pourra y remédier plus facilement ! Voici quelques exemples de troubles acquis du comportement et les différentes manières (non exhaustives) d’y remédier !

 

1) Le chien voleur : un problème qui peut être multifactoriel.

Le vol d’objets ou de nourriture chez le chien peut provenir de différentes causes, parmi lesquelles on trouve : la boulimie, l’anxiété, la dépression, l’hyper-attachement, etc…

Si vous devez faire face à chien voleur, réprimandez le seulement si vous le prenez sur le fait, mais ne tentez pas de le poursuivre, il pourrait prendre cette attitude pour du jeu !

Ne tentez pas de récupérer l’objet volé, ou la nourriture, dans sa gueule, car il pourrait vous mordre. Attendez qu’il dépose ce qu’il a pris (s’il ne l’a pas déjà avalé…), puis faites-le partir et enfermez le dans une autre pièce avant de le récupérer.

 

2) L’anxiété et la dépression : une réelle atteinte au bien-être du chien.

Ces deux problèmes comportementaux peuvent avoir de nombreuses origines, mais ne doivent pas être prises à la légère car elles peuvent porter atteinte, in fine, à la santé de votre chien !

S’il tremble, urine ou défèque dans la maison, c’est qu’il souffre peut être de crises d’anxiété. S’il est triste et dort souvent, ou au contraire insomniaque, s’il se lèche souvent une patte, votre chien développe peut être une dépression.

Consultez un vétérinaire afin de déterminer la cause de ces troubles, et il vous aidera à mettre en place un traitement adapté. Si ces troubles sont d’origine comportementale, votre but sera de relancer progressivement l’activité de votre chien en plus du traitement, en lui proposant des jeux et des promenades !

 

3) Un chien mordeur n’est pas forcément un chien méchant.

L’agressivité chez le chien, et par extension la morsure, ne reflète pas forcément un trouble du comportement. Elle est parfois, et même souvent, due à des erreurs de la part de l’Homme.

Toutefois, lorsque celle-ci survient, elle doit obligatoirement être prise en charge par un vétérinaire, peu importe sa gravité ! Ce dernier déterminera les causes de cette agressivité et les solutions à envisager.

Afin d’éviter d’en arriver là, voici quelques conseils pour un chien équilibré et en bonne santé psychologique. Ne laissez pas votre chiot ou votre chien mordiller ou mordre les personnes et les animaux, il doit apprendre que c’est un comportement indésirable à éviter. Faites attention à votre comportement et pensez notamment à ne JAMAIS laisser un enfant seul avec un chien (peu importe le gabarit de ce dernier), à laisser votre chien tranquille lorsqu’il mange et à ne pas frapper votre chien pour le réprimander.

 

4) Le chien destructeur : des dégâts qui peuvent être considérables.

La destruction de mobiliers et/ou de vêtements est un trouble souvent observé chez les chiens abandonnés. Afin d’y remédier, elle doit être prise en mains rapidement et correctement.

Ne réprimandez pas votre chien lorsque vous rentrez et que vous constatez les dégâts, vous ne ferez qu’aggraver la chose ! Mettez-le dans une pièce à part ou dans le jardin et réparez les dégâts.

Offrez-lui un environnement riche et stimulant en votre absence afin qu’il ne s’ennuie pas, et pourquoi pas un congénère si vous vous en sentez capable !

 

5) Le chien peureux : un comportement gênant qui peut porter atteinte à la santé du chien.

La peur chez le chien peut refléter différentes origines, mais vient souvent d’un défaut de stimulation durant les premières semaines de vie ou d’un traumatisme.

Il est important de ne pas forcer votre chien à affronter une situation qui le terrorise, et de ne pas le caresser lorsqu’il exprime de la peur : ces deux comportements ne feraient que renforcer cette émotion chez votre chien.

Pour lutter contre cette peur, il faut procéder par habituation : vous exposez votre chien au stimulus effrayant pendant un temps bref, sans le forcer, en restant naturel, et en augmentant petit à petit l’intensité et la durée des séances. Attention tout de même à bien observer votre chien et ses réactions afin de ne pas le traumatiser.

 

6) Le chien hypersensible-hyperactif (HS-HA) : un trouble compliqué et fatiguant pour le propriétaire.

L’hyperactivité ou la réaction excessive à un stimulus n’est pas signe de bonne santé chez le chien et doit être pris en charge.

Si votre chien ne tient pas en place et est toujours vigilant, s’il est boulimique et avale n’importe quoi, s’il continue à vous mordiller alors qu’il est adulte ou s’il détruit des objets, c’est peut qu’il souffre de ce syndrome HS-HA. En cas de suspicion, il est indispensable de consulter rapidement un vétérinaire (voire un vétérinaire comportementaliste) car ce syndrome nécessite une prise en charge médicale et comportementale.

L’important est de rester calme et de ne pas s’énerver si votre chien ne répond pas aux ordres éducatifs de base. Il faut au contraire le rassurer en lui parlant doucement et avec une voix amicale.

 

Ces conseils sont là pour vous aider à lutter contre ces troubles, mais ne sont pas garants d’une totale réussite. En cas d’échecs répétés, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour qu’il vous aide à les résoudre correctement et efficacement ! 🙂

A lire : Adopter un chaton : comment se préparer ?

Crédit Fotolia : #14709209- cynoclub

 


Vetalia, service d'urgence vétérinaire à Paris

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Article rédigé par: Cyril PORCHERON
Date de publication: 21-08-2017