';

La paralysie

Un animal brutalement paralysé est une urgence majeure. Mais il convient de différencier une paralysie réelle d’un trouble locomoteur ostéoarticulaire de type arthrose. Pour ce faire, il faut forcer l’animal à se lever tout en le soutenant soit physiquement, soit à l’aide d’une couverture que l’on fait passer sous l’abdomen et qui sert de « harnais ». Si l’animal tient sur ses pattes, même difficilement, et qu’il esquisse des mouvements volontaires, il peut s’agir plutôt d’une crise d’arthrose. Dans ce dernier cas, les difficultés sont plus importantes à froid, donc souvent le matin ou après une longue période d’activité. Il faut alors un peu forcer l’animal à faire quelques pas, histoire de dégourdir ses membres et en général, après quelques minutes, la locomotion s’améliore. La paralysie vraie (absence de motricité, voire perte de la perception douloureuse sur les pattes) est une urgence vétérinaire majeure et il convient de consulter le plus rapidement possible.

Le geste utile

Pour transporter ou déplacer ce genre d’animal, il est préférable d’utiliser un plan dur ou une couverture tenue par une personne à chaque extrémité.

docteur christophe le dref

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008
Article rédigé par: admin
Date de publication: 26-08-2013