Archives pour la catégorie En cas d’urgence

Les boiteries

Une boiterie d’apparition brutale chez un animal peut avoir différentes origines : il ne s’agit pas forcément d’une fracture ! A l’inverse, ce n’est pas parce que l’ animal parvient à se déplacer que le membre n’est pas cassé. Sauf cas particuliers, la radio n’est jamais urgente. L’urgence consiste souvent à soulager l’animal car une boiterie est en général synonyme de gêne voire de douleur. Sauf si l’animal semble présenter un déficit neurologique (patte folle, sans sensibilité), l’essentiel des boiteries ne nécessite pas forcément une prise en charge immédiate. Prenez toutefois conseil auprès de votre vétérinaire habituel et si ce dernier est fermé n’hésitez pas à contacter un vétérinaire de garde pour lui expliquer le cas.

Le geste utile

En attendant que votre chien, votre chat, ou votre NAC, soit examiné, il faut surtout le laisser au repos en limitant au maximum ses déplacements. Et pas d’ anti-inflammatoires pour humains ! (Comme le paracétamol très dangereux et toxique chez le chien comme chez le chat).

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Le syndrome urologique félin

Un chat qui se met en position d’uriner en permanence qui va à la litière toutes les cinq minutes, qui pousse (ce qui est parfois interprété à tort comme de la constipation), qui urine par petites gouttes, est très probablement un chat en début d’obstruction urinaire. Un obstacle sur le trajet des voies urinaires l’empêche d’uriner. Il s’agit là d’une urgence vétérinaire majeure chez le chat qui doit amener le propriétaire à consulter le plus rapidement possible son vétérinaire. En effet, l’animal ne parvenant pas à évacuer ses urines va continuer à en produire jusqu’à ce que la vessie ne puisse plus en recevoir. Les reins vont alors s’arrêter de fonctionner est l’animal risque très rapidement la mort par insuffisance rénale aiguë (on dit qu’il fait de l’urée). Souvent incriminées à tort, les croquettes ont mauvaise presse. Il s’agit là de vestiges d’anciennes idées. On sait désormais que les croquettes en tant que telles ne sont pas en cause. En revanche, un chat qui fait des calculs urinaires (une des causes fréquentes d’obstruction) doit manger des aliments spécifiques(pâtées ou croquettes) ne contenant pas certains minéraux entrant dans la composition des calculs.

Le geste utile

Consulter le vétérinaire sans tarder ! Il s’agit là d’une de l’urgence vétérinaire majeure chez le chat.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Le syndrome torsion-dilatation d’estomac

Rare chez les chiens de petites races, le syndrome torsion-dilatation d’estomac -SDTE – (appelé couramment retournement d’estomac) est relativement fréquent chez les chiens de grandes races. Un animal prostré et abattu, un ventre qui « gonfle », un chien qui essaye de vomir mais qui n’y parvient pas sont autant de signes qui doivent qui doivent vous alerter et vous conduire à consulter au plus vite (dans l’heure) un vétérinaire.

Le geste utile

Lorsque les symptômes sont présents, il n’y a rien que le propriétaire puisse faire seul. En revanche, quelques notions sont importantes à connaitre pour prévenir le risque de SDTE : fractionner les repas chez les chiens de grandes races, distribuer l’aliment dans des gamelles légèrement surélevées, éviter de nourrir peu de temps avant ou après un effort physique, etc.).

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Les diarrhées

Fréquentes chez nos compagnons à 4 pattes, elles peuvent être liées à l’alimentation (changement trop brutal, indigestion, intoxication…), à des parasites intestinaux (vers) ou à des perturbations environnementales et/ou comportementales. Elles accompagnent parfois des maladies plus graves ; comme pour les vomissements, les diarrhées chez le chien ou chez le chat constituent un motif de consultation urgent lorsqu’elles sont nombreuses, incoercibles, et qu’elles entraînent une répercussion sur l’état général de l’animal (abattement, anorexie…).

Le geste utile

Il convient de respecter une diète hydrique ( on supprime toute nourriture, mais on laisse l’eau pendant 24 heures). Evitez les changements alimentaires sans transition (si vous devez changer d’aliment, ne serait-ce que de gamme de croquettes, incorporez progressivement, sur plusieurs jours, le nouvel aliment). N’oubliez pas également de vermifuger (traitement contre les vers du tube digestif) régulièrement votre animal. La présence de sang dans les selles en nature ou digéré est fréquente chez les carnivores domestiques mais pas forcément un signe de gravité ; néanmoins c’est un symptôme qui doit conduire à une consultation rapide chez votre vétérinaire habituel ou, en dehors des heures de consultations classiques, par un vétérinaire de garde.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Les vomissements

Les vomissement sont très fréquents chez les carnivores domestiques et pas forcément signe de gravité ; aussi ne nécessitent-ils pas tous une consultation vétérinaire en urgence. Néanmoins si les vomissements sont très nombreux, qu’ils ne semblent pas vouloir s’arrêter et que, de surcroît, l’animal commence à être abattu (prostration, pas de réaction quand on le stimule, etc.), il convient de le faire examiner par un vétérinaire de garde.

Le Geste Utile

Un des premiers gestes à faire est de mettre l’animal complètement à la diète (eau et nourriture) au moins 12h et si possible jusqu’à 24 heures pour la nourriture. La suppression de l’eau ne paraît pas naturelle, les propriétaires ont le sentiment que l’animal va se déshydrater. Or lors de vomissements nombreux, la paroi de l’estomac ,irritée, devient très réactive, et le moindre contact physique avec un aliment (solide ou liquide) stimule les vomissements ; plus l’animal boit, plus il se déshydrate. Diète totale jusqu’à ce que l’animal soit vu par un vétérinaire.

Plus d’infos sur les vomissements chez le chat ici  : -> https://www.vetalia.com/vomissement-chat/
Plus d’infos sur les vomissements chez le chien ici : -> https://www.vetalia.com/comment-agir-en-cas-de-vomissements-chez-un-chien/
 

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Le corps étranger digestif

Si vous venez juste de voir votre animal avaler un objet, ce que les vétérinaires appellent un « corps étranger », il faudra peut être le faire vomir.

Attention, ce n’est pas systématique, certains corps étrangers peuvent transiter normalement le long des voies digestives, d’autres ne peuvent être vomits car ils risqueraient de léser les voies digestives hautes, notamment l’oesophage ; c’est le cas d’objets pointus, comme des brochettes par exemple.

Le geste utile d’urgence pour vos animaux

Dans tous les cas, il convient de vous mettre rapidement en rapport avec votre vétérinaire (ou trouver un vétérinaire de garde si ce dernier est fermé) car c’est lui qui doit décider de la marche à suivre. Beaucoup de « www. de grand-mère » pour faire vomir un animal existent. Leur efficacité est souvent aléatoire et un vétérinaire d’urgence aura les produits injectables adaptés à des vomissements contrôlés et sécurisés.

Pour trouver un vétérinaire de garde à Paris… C’est par ici !

 

 

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

L’oedème de Quincke

Assez fréquents à l’arrivée des beaux jours, les oedèmes de Quincke sont les manifestations cutanées d’une réaction allergique : il s’agit souvent d’une réaction à une piqûre d’insecte.

La face de l’animal présente de manière brutale une tuméfaction importante souvent localisée au niveau des babines, des paupières et des oreilles. Des cloques peuvent également apparaître sur la peau (et s’étendre d’ailleurs à tout le corps, on parle alors d’urticaire géante.)
Bien qu’impressionnants, ces oedèmes sont en général bénins et rétrocèdent le plus souvent spontanément. Néanmoins, on risque toujours un oedème laryngé qui pourrait occasionner des troubles respiratoires et on préfère mettre en place des mesures préventives.

Le geste utile 

Le mieux est de consulter dès que possible.  En cas de gêne respiratoire (respiration bruyante par exemple), le degré d’urgence est plus important. N’hésitez pas à contacter votre vétérinaire habituel ou un vétérinaire de garde en l’absence de celui-ci.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Les accidents de la voie publique

Les accidents de la voie publique (AVP) sont assez fréquents chez les chats et les chiens vivant en pavillon. Les lésions peuvent être de différente nature (plaie, lésions internes thoraciques ou abdominales, traumatisme crânien, etc.) Même en l’absence de symptômes, il faut impérativement consulter un vétérinaire au plus vite, car ces derniers peuvent se déclarer 48 heures après le traumatisme.

Le Geste Utile

Déplacer l’animal le moins possible. L’allonger sur un plan dur, il sera ainsi plus facile à transporter et à poser sur la table du vétérinaire d’urgence. Une couverture peut très bien faire l’affaire ; placer délicatement l’animal dessus, une personne à chaque extrémité de la couverture.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Les plaies

Une plaie est une lésion de la peau par coupure, éraflure ou piqûre, avec atteinte possible des tissus sous-jacents et risque d’infection. C’est un motif de consultation très fréquent lors de retour de promenade. Les causes de coupures sont assez nombreuses (objets pointus, tessons de bouteille, etc.)

Le Geste Utile

En cas de plaie superficielle, couper les poils autour de la plaie avec une paire de ciseaux à bouts ronds, nettoyant avec un savon désinfectant et protéger la plaie avec un bandage propre ajusté, mais pas trop serré. Toute rougeur, chaleur ou gonflement doit faire l’objet d’une visite chez le vétérinaire.
En cas de saignement important, réaliser un pansement compressif : recouvrir  la zone du saignement avec une compresse stérile ou un linge propre, appliquer un rouleau de coton, puis placer autour de la zone un bandage serré (Bande Velpeau ND par exemple). Si le saignement persiste, rajouter des compresses ou des tissus sans enlever le premier. Cette solution est également temporaire et constitue une urgence vraie : contacter votre vétérinaire ou un vétérinaire de garde en dehors des horaires d’ouverture.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008

Les crises convulsives

Les crises convulsives se manifestent assez fréquemment chez le chien (plus rarement chez le chat). Certaines races sont prédisposées à l’épilepsie (Yorkshire, Caniche, Labrador, Berger Allemand, etc.) mais les crises peuvent survenir à tout âge chez des chiens de toute race. D’ailleurs, les crises convulsives ne sont pas toujours provoquées par de l’épilepsie ; beaucoup d’autres maladie peuvent provoquer des convulsions (hypoglycémie, maladie rénale, trouble cardiaque, etc.) Les crises sont en générale très brèves et dans la plupart des cas, l’animal a complètement récupéré quelques minutes plus tard.

Le geste utile

En cas de crise, il convient, même si cela est très difficile, de ne pas s’affoler. L’animal est en état d’hyperexcitabilité et tout signe de nervosité, tout bruit supplémentaire ne fera qu’aggraver le crise. L’animal perd conscience dans le plupart des cas, aussi est-il inutile et illusoire de vouloir rassurer le chien. Le plus important est de « sécuriser » l’animal, de veiller à ce qu’il ne se blesse pas en se cognant contre un meuble par exemple. Une idée répandue est que les chiens avalent leur langue : c’est absolument faux et il ne faut surtout pas tenter de récupérer la langue dans la gueule d’un chien; en effet, la crise génère des mouvements convulsifs de tous les muscles, y compris ceux de la mâchoire : vous risquez de vous faire mordre. Coupez le son de la télévision, éteignez les lumières, calmez-vous et sécurisez l’animal. Une fois la crise passée, appelez le vétérinaire pour que l’animal soit examiné au plus vite.

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008