Le blog vétalia

jack russel terrier with back to viewer and guilty expression
18jan
170117004

Que faire quand mon chien a mal au ventre ?

Les maux de ventre sont des motifs fréquents de consultation chez le vétérinaire. De nombreuses causes peuvent expliquer ces douleurs abdominales, certaines sont bénignes, d’autres sont plus graves. Nous vous expliquons ici comment les reconnaitre et comment les gérer.

 


 

1) Comment savoir si mon chien a mal au ventre?

Les chiens, comme bien d’autres animaux, ont tendance à masquer leurs symptômes. Ainsi, il n’est pas toujours évident de savoir quand votre compagnon a mal au ventre. Certains indices peuvent cependant vous mettre sur la voie.

D’un point de vue digestif tout d’abord, les vomissements, constipations, diarrhées et autres modifications de l’aspect des selles sont autant d’indicateurs possibles de maux de ventre. D’un point de vue urinaire ensuite, tout changement doit être pris en compte, que ce soit dans la couleur, dans la quantité ou bien dans la fréquence d’émission des urines. Enfin, au niveau du comportement et de l’état général, les chiens douloureux peuvent être moins vifs ou moins gourmands. Certains peuvent aussi hésiter au moment de se coucher, ils se tournent et se retournent pour adopter une certaine position. En cas de douleurs importantes, le chien peut mettre la tête entre ses pattes avant en relevant le postérieur, un peu comme s’il priait.

Cependant, ces signes ne prouvent pas directement que votre chien a mal au ventre. Si, à la lumière des éléments décrits plus haut, vous pensez que votre animal est douloureux, vous pouvez essayer de lui palper doucement le ventre. S’il réagit, il est probable que votre suspicion soit fondée.

 

2) Pourquoi mon chien a mal au ventre ?

Les origines des maux de ventre chez le chien sont extrêmement variées et il serait fastidieux de toutes les énoncer ici. Nous parlerons donc uniquement des causes les plus fréquentes. Pour faire simple, les douleurs de l’abdomen peuvent avoir deux origines : l’appareil digestif ou ses annexes (foie et pancréas) et l’appareil uro-génital.

Les douleurs digestives sont reliées à un large éventail d’affections. Parmi les causes les plus fréquentes, on retiendra l’intoxication et l’ingestion de corps étrangers. Les canidés sont en effet peu regardant sur ce qu’ils avalent, or de nombreuses substances toxiques sont susceptibles de rendre votre chien malade. Il en va de même pour les multiples objets qui pourraient se retrouver par mégarde dans son estomac. Autre cause de violents maux de ventre, la dilatation-torsion de l’estomac, une affection qui survient brutalement et qui concerne surtout les chiens de grande taille mais peut parfois toucher les chiens plus petits. Il s’agit d’une urgence chirurgicale absolue. Nous pouvons également noter toutes les inflammations intestinales qui peuvent avoir une origine infectieuse, parasitaire ou alimentaire, cette dernière étant l’équivalent d’une indigestion.

Les douleurs liées à l’appareil uro-génital sont moins fréquentes. Il peut s’agir d’une infection de la vessie ou bien des reins. Il est également possible de constater la formation de calculs dans les reins, la vessie ou les canaux acheminant l’urine. Chez le mâle, on peut observer des affections de la prostate. Cette dernière devient plus volumineuse, plus sensible et donc plus douloureuse. Concernant la chienne, on pense essentiellement au pyomètre qui est une accumulation de pus dans l’utérus.

 

3) Comment réagir ?

Nous l’avons vu les signes et les causes de maux de ventre chez le chien sont très divers. Alors quelle conduite adopter ?

Avant tout, il faut distinguer ce qui est urgent de ce qui ne l’est pas. Ainsi, soyez attentif au contexte d’apparition des douleurs. Si celles-ci apparaissent brutalement, il faut prendre la chose au sérieux. De même la rapidité d’évolution est un indicateur fiable de l’urgence de la situation. Plus l’état du chien se dégrade vite, plus la situation peut être grave. Par ailleurs, une atteinte de l’état général indique bien souvent une pathologie sérieuse. Cette baisse de l’état général se traduit, entre autres, par un abattement et une perte d’appétit. Si vous reconnaissez une des situations précédemment décrites, il est crucial de contacter un vétérinaire au plus vite. Bien entendu, les chiots, les chiens âgés ou malades sont susceptibles de voir leur état se dégrader plus rapidement, il faut donc redoubler de vigilance lorsqu’ils souffrent de maux de ventre.

A l’inverse, si vous pensez que votre chien exprime des gênes légères ou passagères au niveau du ventre, il est inutile de s’affoler. Vous pouvez commencer par vérifier s’il est bien couvert d’un point de vue antiparasitaire. Il est en effet recommandé de traiter votre compagnon tous les trois à six mois avec des vermifuges adaptés. Si votre animal est à jour de ses vermifugations, vous pouvez vous pencher sur son alimentation. Pour commencer, il faut éviter de donner des restes de table, ils sont bien souvent peu digestes. Ensuite, vous pouvez regarder la composition de son alimentation. Elle contient une source de glucides et une source de protéine qu'il est possible de changer en proposant un nouvel aliment. Attention, il est important de bien faire une transition entre ces deux alimentations. Ainsi, commencez par donner 3/4 de l’ancienne pour 1/4 de la nouvelle pendant 3 ou 4 jours, ensuite passez à un ratio de 50 % ancienne – 50 % nouvelle sur la même durée, puis 1/4 ancienne – 3/4 nouvelle pour finir à une ration 100 % nouvelle au bout de 10 jours environ. En cas de doute, il est nécessaire de consulter un vétérinaire. Lui seul pourra approfondir les recherches et poser un diagnostic sûr.

 

Nous l’avons vu, les maux de ventre peuvent avoir des origines multiples et avoir des conséquence tout aussi diverses ! Ils ne sont cependant pas toujours faciles à identifier. C’est pourquoi il faut rester vigilant d’une part et savoir reconnaître les situations urgentes d’autre part !

Crédit Fotolia : #114455344 - Javier brosch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

170117004

Dr Christophe LE DREF

Co-Fondateur de Vetalia
N°Ordre 18384
Président de l'AVAD
ENVA 1998 Vétérinaire Associé depuis 2008